Sans elles

2017-03-11 08.28.13 1.jpg

Auteur : Stéphane Jouanny

Date de sortie : septembre 2016

Editions : Auteurs d’Aujourd’hui

Synopsis : « Parfois, on aimerait que certaines choses ne prennent jamais fin… » On avait tout pour être heureux. Absolument tout. Ensemble, on « tait parvenus à dompter nos états d’âme et à porter nos regards vers des lendemains plus clairs. Sauf que personne n’est à l’abri de voir la vie tout foutre en l’air, avec simplement quelques mots. Si bien qu’aujourd’hui, je dois me faire à l’idée de perdre ce que j’ai de mieux.

A travers les yeux du séduisant Jules, jeune psychologue vivant à Paris, Stéphane Jouanny nous entraîne sans pudeur dans la plongée irrespirable d’un dilemme amoureux. Un roman contemporain qui n’oublie pas, malgré tout, de tirer le portrait de notre société, en mêlant subtilement la psychologie, le constat amer de toute une génération à l’agonie, et cet amour qui n’est jamais loin du dégoût.

134 pages (sur liseuse)

Mon avis :

Quand Stéphane Jouanny m’a contactée pour me proposer de m’envoyer son livre (et s’il passe par là je l’en remercie), j’ai accepté même si ce n’est pas le genre de livres que je lis d’habitude…et je me suis surprise à bien aimer !

Pour une fois, on a le point de vue d’un homme dans une histoire d’amour ce qui changeait aussi de mes habitudes.

« En dépit de pouvoir croire en mon monde, je me raccroche alors aux émotions qui font de nous des Hommes. Car même si tout est déjà joué d’avance, j’ai dans les paumes ce filament de clarté qui subsiste, puisqu’un jour j’ai aimé, plus qu’il ne m’était possible de croire. »

Le protagoniste, Jules est un homme seul, triste et il souffre. Tout ça à cause d’une histoire d’amour, sa dernière histoire d’amour, un amour passionné et fusionnel avec Anaïs qui a duré trois ans. Mais elle l’a quitté un jour sans explications et cela l’a détruit complètement.

Après des mois à rester dans sa solitude, il essaie de la remplacer par d’autres mais ça ne fonctionne pas.

Au fond, j’ai eu l’impression qu’il ne voulait pas passer à autre chose, même s’il essaie.

« Depuis notre première rencontre, Lola n’avait toujours été qu’un chant. Un chant mélodieux qui ne demandait qu’à trouver son écho, dans ces pièces remplies de lumière qu’elle s’était peu à peu fabriquées. »

 

 

L’auteur sait trouver les mots justes pour nous faire ressentir la même chose que Jules, ce sentiment d’abandon, de solitude, le fait qu’il n’ait plus le goût de la vie. Il a une plume très touchante et j’ai lu ce roman lentement, pour savourer chacun des mots et des phrases de l’auteur.

La raison principale pour laquelle j’ai aimé ce livre est qu’avant d’être un livre pour « se détendre et profiter d’un bon livre », il amène à réfléchir à différents sujets à travers un principal qu’est l’amour.

Dans l’ensemble, ce fut un bon roman car l’histoire ne dure pas trop dans le temps et, même s’il n’y a pas vraiment d’action car on suit simplement la vie de Jules, on est triste lorsqu’on renferme le livre grâce à la plume de l’auteur qui est probablement ce que j’ai le plus apprécié du livre.

« La faute incombe à ce destin capable de nous lier aux autres quand rien ne le présage, la faute à ces rencontres qui bousculent les itinéraires tracés à l’avance. »

 

2017-03-11 08.28.13 1.jpg

Publicités