Quelqu’un pour qui trembler

quelquun-pour-qui-trembler-gilles-legardinier.jpg

Auteur : Gilles Legardinier
Date de sortie : 1er octobre 2015
Synopsis : Pour soigner ceux que l’on oublie trop souvent, Thomas a vécu des années dans un village perdu en Inde. Lorsqu’il apprend que la femme qu’il a autrefois quittée a eu une fille de lui, ses certitudes vacillent.
Il lui a donné la vie, mais il a moins fait pour elle que pour n’importe quel inconnu. Est-il possible d’être un père quand on arrive si tard ? Comment vit-on dans un monde dont on ne connaît plus les codes ? Pour approcher celle qui est désormais une jeune femme et dont il ne sait rien, secrètement, maladroitement, Thomas va devoir tout apprendre, avec l’aide de ceux que le destin placera sur sa route.
Voici la réjouissante histoire de ce que nous sommes capables de réussir ou de rater au nom de la seule chose qui compte dans nos vies.
420 pages

Mon avis :

Pour moi, les sujets qui ressortent le plus dans ce livre sont l’esprit de famille, qui est le thème principal du livre puisque Thomas quitte ses amis d’Ambar pour retrouver sa fille lorsqu’il apprend qu’il en a une, mais aussi l’importance d’aider les autres. C’est d’ailleurs le métier du personnage principal de cette histoire, qui a quitté son ex-femme (sans savoir qu’elle attendait un enfant de lui) pour pouvoir faire de l’humanitaire.
C’est donc en partie pour ça que j’ai aimé ce livre.
Mais j’ai aussi beaucoup apprécié les personnages qui sont très attachants, comme les personnes âgées dont Thomas s’occupe lorsqu’il retourne dans la ville où a grandi sa fille, ainsi que l’infirmière qui l’aide dans ce travail, et également le copain de sa fille, Romain qui, après avoir fait une maladresse, reproduit une chanson à l’aide d’un acolyte pour se faire pardonner son erreur. Passage vraiment touchant du reste.

Attention spoilers (ne pas lire si vous ne voulez pas connaître le dernier chapitre du livre)

Une fin pourtant mitigée, puisque Thomas n’avoue pas à sa fille qu’il est son géniteur, après tout ce qu’il aura fait pour elle, seul et avec l’aide de « ceux que le destin placera sur sa route ».