Bilan de mon premier salon 2017 : Le Salon du Livre à Paris !!

2017-03-27 06.15.02 1.jpg

Aujourd’hui j’étais motivée pour écrire un article sur le Salon du Livre à Paris !

C’est la première fois que je vais au Salon du Livre (c’est même mon tout premier salon) et j’ai totalement adoré (même si je ne suis restée qu’un demi-jour, visite de Paris oblige quand on n’habite  pas sur place).

Avec ma mère on s’était fixé un maximum de deux livres et on est reparties avec six livres en poche !

Je n’étais jamais allée à ce type de manifestation auparavant et dans l’ensemble ça ressemblait surtout à une énorme vente de livres mais j’étais davantage venue pour les dédicaces et pour rencontrer des personnes avec qui je communique sur les réseaux sociaux.

 

J’ai eu la chance de rencontrer Audrey Le Souffle des Mots avec qui j’ai pris une photo ; cette fille est vraiment formidable, même du peu de temps que j’ai pu la voir !

J’ai aussi pu voir certaines instagrammeuses dont Estelle qui a été une belle rencontre également !

Et j’ai rencontré Victor Dixen, l’auteur de Phobos ! Il m’a dédicacé le tome 1 (que j’avais acheté spécialement pour l’occasion ehe) et j’ai pris une photo avec lui aussi ! Il est trop gentil avec ses lecteurs, il prenait le temps de parler à tous et de prendre une photo avec tous ceux qui lui demandaient.

 

J’ai donc acheté six livres (voir photo) dont La femme parfaite est une connasse (ma chronique ici), Mémé, Les étoiles de Noss Head (trop d’avis positifs m’ont convaincue !), La bibliothèque des coeurs cabossés, Phobos et Je suis le tonnerre. J’ai tous hâte de les lire mais ils rejoignent ma PAL en attendant que j’ai un peu de temps.

 

Au final, que de beaux souvenirs ! J’ai très envie de revenir l’année prochaine pour rencontrer des personnes à nouveaux, et acheter quelques livres aussi… 😉

Publicités

Phobos : un coup de cœur !

2016-11-27 03.44.00 1.jpg

Auteur : Victor Dixen

Date de sortie : 11 juin 2015

Editions : Robert Laffont

Synopsis : Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.

Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour…

433 pages

Mon avis :

J’avais vraiment vu beaucoup d’avis positifs sur ce livre alors je me suis lancée sans vraiment savoir à quoi m’attendre. Et rien qu’au bout de quelques pages, j’adorais déjà l’histoire.

Je n’ai jamais lu de livre dans ce style mais qu’est-ce que j’ai aimé !

J’ai aimé la façon dont Victor Dixen traduit les sentiments de Léonor. J’ai aimé la façon dont il décrit ce qu’elle voit pour ensuite le redessiner. J’ai aimé la façon dont il la fait paraître forte et courageuse.

Je pense qu’il peut à son tour faire partie de mes coups de cœur !

« La pointe du stylet se met à glisser sur la surface de verre lisse, un peu tremblante au début, puis de plus en plus assurée à mesure que je me déconnecte du vaisseau pour me concentrer sur le petit rectangle blanc de l’écran – ma fenêtre sur l’ailleurs, mon échappatoire. »

J’adore la nature de Léonor, son idée de n’inviter chaque garçon qu’une fois sur six m’avait plu au début mais après j’étais très frustrée qu’elle ne veuille pas voir plus souvent le prétendant avec lequel je voulais qu’elle soit.

Mais Victor Dixen ne peut pas nous faire ça ! Cette fin ! C’est tellement frustrant, j’ai envie de courir à la librairie la plus proche pour acheter le second tome !

« Marcus : « La page de ma vie est déjà bien remplie, et un jour elle sera complètement noircie. Mais pour l’instant, il reste un endroit vierge, où je n’ai jamais su quoi écrire. » Il désigne du doigt son pectoral gauche, à l’endroit du cœur. La peau y est complètement blanche et lisse, libre de toute végétation, de toute inscription. Sonnerie. L’entretien est fini. »