Book Haul 2 : Septembre 2016

DSCN3411modifie.jpg

Ce matin, j’ai eu le plaisir d’aller chercher à la Poste un colis qui était arrivé jeudi… Et bien évidemment que j’attendais avec impatience car il s’agit de ma commande chez Gibert Joesph !
J’avais donc commandé quatre livres, dont deux pour des lectures communes. Je ne vais pas vous donner toutes les informations sur ces livres, seulement leur résumé puisque vous pourrez retrouver leur chronique sur le blog une fois que je les aurai lus.  Vous pouvez néanmoins cliquer sur les liens que je mettrai en dessous pour pouvoir les acheter.

DSCN3420modifie.jpg

Votre âge. Votre adresse. Le visage de votre amant. Jusqu’au nom de votre premier enfant. Que feriez-vous si tous ces souvenirs commençaient à s’effacer ?
Pour lutter contre sa mémoire à la dérive, Claire note dans un carnet les souvenirs qui sont encore intacts. En quelques mois à peine, aller au bout de la rue est devenu une expédition, emmener sa fille au parc, un périple. A tel point que sa mère la traite comme une enfant, que son mari est désormais un étranger, et que les mots lui manquent pour dire à ses filles combien elle les aime et criant de les perdre pour toujours. Pourtant, Claire est bien décidée à vivre de toutes ses forces ces derniers jours avant l’oubli.

 

Amazon : ici
Fnac : ici
Gibert Joseph : ici

DSCN3423modifie.jpg

Tout semble réussir à Frédérique Solis, brillant avocat parisien et collectionneur amateur de toiles impressionnistes. Une coûteuse passion qui lui vaut quelques ennuis avec les huissiers. Alors, lorsqu’il se découvre héritier d’un mystérieux inconnu, il se dit que la chance a enfin tourné. A sa grande surprise, ce n’est pas de l’argent qui l’attend, mais un étrange jeu de piste qui le conduit sur les pas des peintres impressionnistes et d’un célèbre tableau de Monet.
Aidé par sa fidèle assistante Pétronille, Frédéric se pique d’une aventure qui pourrait bien bouleverser sa vie à jamais.

 

Amazon : ici
Fnac : ici
Gibert Joseph : ici

DSCN3428modifie.jpg

Mar-go-Roth-Spied-gel-man, le nom aux six syllabes qui fait fantasmer Quentin depuis toujours.
Alors forcément, quand elle s’introduit dans sa chambre, une nuit, par la fenêtre ouverte, pour l’entraîner dans une expédition vengeresse, il la suit. Mais au lendemain de leur folle nuit blanche, Margo ne se présente pas au lycée, elle a disparu.
Quentin saura-t-il décrypter les indices qu’elle lui a laissés pour la retrouver ? Plus il s’en approche, plus Margo semble lui échapper…

 

Amazon : ici
Fnac : ici
Gibert Joseph : ici

DSCN3430modifie.jpg

Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors.
Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois.
Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

 

Amazon : ici
Fnac : ici
Gibert Joseph : ici

Ma PAL de septembre ! #1

Comme je vous en avais parlé sur Instagram (si vous ne me suivez pas encore, je vous invite à le faire en cliquant ici), je vous présente ma Pile A Lire du mois de septembre. Il y a pas mal de livres mais j’espère pouvoir tous les finir avant le mois prochain.
IMG_20160905_204925.jpg
Le ciel est partout, Jandy Nelson :
« Je suis censée pleurer la mort de ma sœur, pas tomber amoureuse… » Comment Lennie peut-elle continuer à vivre après une telle tragédie? A-t-elle encore le droit de plaire et de désirer? D’être heureuse, de rire ? Parfois, il faut tout perdre pour se trouver…
Volte-face, Michael Connely :
Incarcéré depuis vingt-quatre ans pour le meurtre d’une fillette et relâché à la suite d’un test ADN qui semble l’innocenter, Jason Jessup a obtenu la révision de son procès. A la demande du procureur du comté de Los Angeles, Mickey Haller, avocat de la défense, passe pour une fois dans le camp de l’accusation. A ses côtés, son ex-épouse, Maggie « la féroce », et son demi-frère, Harry Bosch. Le trio doit réunir les preuves et les témoignages susceptibles de confirmer la culpabilité de Jessup et de le renvoyer en prison pour longtemps.
Dragonfury 2, Coreene Callahan : [Pas de résumé pour ne pas spoiler le premier tome]
L’infiltré, John Grisham :
Fraîchement diplômé de Yale, Kyle McAvoy, jeune avocat, pensait emprunter l’autoroute du succès. C’était compter sans l’intervention d’une poignée de costumes noirs se réclamant du FBI. Dans leurs valises : une vidéo. La captation d’un viol collectif commis cinq ans auparavant, dont Kyle fut le témoin passif. Kyle n’a pas le choix, il faut collaborer et accepter ce poste dans le plus gros cabinet d’avocats du pays, communiquer certaines informations sur les clients…
Le couloir de la mort, John Grisham :
État du Mississippi, 1967. Les deux jeunes fils d’un avocat juif défenseur des droits civiques meurent, pulvérisés par une bombe portant la signature assassine du Ku Klux Klan… Été 1990, Sam Cayhall, l’un des meurtriers présumés, attend fébrilement le jour de son exécution. Cloîtré dans sa cellule étouffante du quartier de haute sécurité, l’homme a perdu le soutien de tous les siens. Tous, sauf son petit-fils Adam: un avocat d’assises fraîchement diplômé qui, malgré l’incompréhension et le dégoût profond que lui évoque ce grand-père qu’il connaît à peine, va tenter l’impossible afin de lui épargner le supplice de la chambre à gaz.
Les cavaliers de l’apocalypse, Larissa Ione :
Ares, destiné à devenir Guerre, craint peu de choses. Fin stratège et redoutable guerrier, il a participé à toutes les grandes batailles de l’Histoire et les émotions n’ont aucune prise sur lui. Pourtant une femme va tout changer. Cara Thornhart, humaine, entraînée dans un monde qu’elle ne comprend pas et auquel elle ne peut survivre, se retrouve porteuse de la marque qui fera d’Ares un démon à part entière. Consumé par le désir et privé de tous ses pouvoirs lorsqu’il est près d’elle, Ares devra pourtant trouver le moyen de sauver la jeune femme d’une mort certaine, ou accepter d’être le héraut d’Armageddon.
Le cinquième témoin, Michael Connely :
Abandonnée par son mari, Lisa Trammel ne peut plus payer ses mensualités d’emprunt immobilier, et la Westland National Bank menace de saisir sa maison. Lisa est si révoltée par l’épidémie de saisies liée à la crise des subprimes qu’elle manifeste souvent et violemment devant la banque. Son avocat, Mickey Haller, espère gagner du temps en faisant traîner la procédure. Mais le dossier se corse quand Mitchell Bondurant, un cadre dirigeant de la Westland, est retrouvé mort dans le parking de son agence. Lisa est accusée du meurtre. Au fur et à mesure qu’il monte un système de la défense bien hasardeux, Haller découvre un certain nombre d’éléments qui l’amènent à douter de sa cliente et de lui-même, et ce, jusqu’au verdit.
Alcatraz Smedry, Brandon Sanderson :
Alcatraz Smedry n’est pas aidé par la nature : son nom est ridicule, il est extrêmement maladroit et il est orphelin. Mais le jour de son treizième anniversaire, sa vie prend une tournure inattendue. Il reçoit un mystérieux sac de sable, découvre qu’il a un grand-père un peu dingue et qu’il doit partir avec lui pour sauver le monde des griffes des infâmes Bibliothécaires…

Tout plutôt qu’être moi

Tout_plutot_qu_etre_moi

Auteur : Ned Vizzini
Date de sortie : 28 janvier 2016
Editions : La Belle Colère
Synopsis : Chez son psy, Craig Gilner apprend l’existence du syndrome d’Ondine : ceux qui en souffrent oublient de respirer. La dépression, Craig va en faire l’expérience, c’est ce qui arrive quand on oublie de vivre.
Craig est bien décidé à réussir. Il intègre l’une des plus prestigieuses prépas de New York. Mais très vite, il ne mange plus, ne dort plus, et pense sans arrêt à ses devoirs et à la jolie copine de son meilleur ami. Craig est pris dans une spirale d’anxiété, qui l’accule et le paralyse. Comment en est-il arrivé là ?
397 pages

Mon avis :

Tout plutôt qu’être moi est une lecture commune avec Anaïs du blog Planare. Nous avons lu ce livre en même temps, tout en racontant au fur et à mesure à l’autre ce qu’on pensait de l’histoire, qui au final nous a plu à toutes les deux !
Le début m’a parut plutôt lent, mais je n’étais pas encore assez rentrée dans le vif de l’histoire. C’est un livre qu’on peut lire d’une seule traite.
Craig a une façon bien à lui de voir le monde : il se repère grâce à des tentacules et des ancres. Les tentacules sont ce qui l’empêche d’être heureux, les ancres sont des choses stables dans sa vie. Anaïs l’explique un peu plus en détail dans son article.
Son langage, sa façon de penser nous ont paru un peu familier, mais on se met ainsi beaucoup plus facilement dans la peau du personnage.
Ce livre m’a beaucoup touchée (à vrai dire, je suis restée figée plusieurs minutes à réfléchir lorsque je l’ai refermé). Il nous donne de l’espoir, il nous montre que quand on croit avoir touché le fond, il reste toujours quelque chose pour nous faire remonter à la surface.
Mais je ne peux m’empêcher de croire que l’histoire se finit mal, puisque l’auteur de ce livre, Ned Vizzini, s’est jeté du haut d’un immeuble de Brooklyn en décembre 2013. Il avait 32 ans et se battait depuis des années contre la dépression.

 

L’avis d’Anaïs : « Ce livre donne de l’espoir et de l’amour, il m’a bouleversé à un point et s’inscrit dans mes coup de cœurs, pour sûr ! J’ai été transportée d’un bout à l’autre. L’auteur a su trouver les bons mots et a apporté une touche parfaitement dosée d’humour pour mettre un peu de son vécu dans l’histoire de Craig. »
La suite sur son blog.

 

« – Alors je vais rester ici jusqu’au vrai déclic ?
– Je ne vous suis pas.
– Je vais rester ici jusqu’à ce que je sois guéri ?
– On ne guérit pas de la vie, monsieur Gilner. » Le docteur se penche vers moi. « On la gère. »

Journal d’un vampire en pyjama

journal-dun-vampire-en-pyjama-mathias-malzieu.jpg

Auteur : Mathias Malzieu
Date de sortie : 27 janvier 2016
Editions : Albin Michel
Synopsis : Me faire sauver la vie est l’aventure la plus extraordinaire que j’ai jamais vécue.
226 pages

Mon avis :

Ce livre est une autobiographie de Mathias Malzieu qui raconte son « aventure »: après avoir découvert que sa moelle épinière était « défectueuse » (vous m’excuserez pour tous les guillemets), il doit aller faire une transfusion sanguine.
Je connaissais Mathias Malzieu par la musique et « Jack et la mécanique du cœur » mais je ne savais pas du tout à quoi ressemblaient ses écrits.
Dans ce livre, on suit donc la reconstitution (physique et morale) de l’auteur.
Il fait d’ailleurs beaucoup allusion au surnaturel dans son histoire puisqu’il se compare à un vampire (qui est obligé de « se nourrir » du sang des autres pour survivre) et il représente la Mort comme Dame Oclés).
Il ne se décourage pas face à la maladie, alors que ses chances de survivre ne sont que très faibles.
Ce livre m’a beaucoup plu, je vous encourage vraiment à le lire (pourquoi pas dans un siège-oeuf ?) 🙂
« Aujourd’hui j’assiste à ce prodige en direct : mon corps repousse ! Je me suis vu mourir, je me vois renaître. Bientôt, je deviendrai un autre moi. Libre de tout recommencer. Cette idée pulvérise la mélancolie. »

Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers

9782266253550.jpg

Auteur : Benjamin Alire Saenz
Date de sortie : 18 juin 2015
Editions : Pocket Jeunesse
Synopsis : Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n’ont a priori rien en commun. Portant, ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais…
C’est donc l’un avec l’autre, l’un pour l’autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l’univers.
368 pages

Mon avis :

Je ne savais pas à quoi m’attendre en commençant ce livre mais il avait été un coup de cœur pour tellement de personnes que j’avais énormément envie de le lire. Je ne connaissais pas le sujet (on le devine facilement au fur et à mesure de l’histoire) et je n’ai pas voulu lire de critiques avant, pour garder la surprise jusqu’au bout.
Le livre est très bien écrit et il se lit facilement : on a totalement l’impression d’être dans l’histoire du fait des dialogues souvent présents, sans que la description ne soit négligée.
Ari est un garçon solitaire et vit plutôt mal son adolescence et Dante est un garçon curieux qui a la joie de vivre, ils veulent tous les deux comprendre le monde qui les entoure.
« Mes parents se tenaient par la main. Je me demandais ce que ça faisait de tenir quelqu’un par la main. Je parie qu’on trouve tous les secrets de l’univers dans la main de quelqu’un. »
Je n’ai cependant pas découvert autant de secrets de l’univers que ce à quoi je m’attendais, ce qui m’a un peu déçue. La fin était un peu rapide par rapport à tout le reste du roman mais on le met vite de côté après une lecture comme celle-ci ! Je ne dirai pas que ce livre a été un coup de cœur, mais il n’en est pas loin.
« Il m’a serré sans dire un mot.
Un autre secret de l’univers : parfois, la douleur est comme une tempête venue de nulle part. La matinée la plus ensoleillée peut se conclure par un orage. Par des éclairs et du tonnerre. »

Les 100

1540-1.jpg

Auteur : Kass Morgan
Date de sortie : 22 janvier 2014
Synopsis : 2:48…2:47…2:46…
Ils sont 100, tous mineurs, tous accusés de crimes passibles de la peine de mort.
1:32…1:31…1:30…
Après des centaines d’années d’exil dans l’espace, le Conseil leur accorde une seconde chance qu’ils n’ont pas le droit de refuser : retourner sur Terre.
0:45…0:44…0:43…
Seulement, là-bas, l’atmosphère est toujours potentiellement radioactive et à peine débarqués les 100 risquent de mourir.
0:03…0:02…0:01…
Amours, haines, secrets enfouis et trahisons. Comment se racheter une conduite quand on n’a plus que quelques heures à vivre ?
364 pages

Mon avis :

La plupart des avis que j’ai lu étaient plutôt négatifs, mais une amie qui regarde la série m’avait conseillé de la découvrir aussi alors je me suis dit pourquoi pas ? J’ai commencé par le livre pour ne pas me faire spoiler par la série mais j’ai été assez déçue même s’il y a quelques points positifs. Le sujet est pas mal (probablement déjà vu, mais bon) seulement je n’ai pas réussi à vraiment me plonger dans le roman.
Au début, j’ai cru que je n’arriverai pas à suivre l’histoire s’il y avait beaucoup de personnages, mais il n’y en a que quatre (Clarke, Glass, Wells et Bellamy) et qui nous permettent de suivre à la fois ce qu’il se passe sur Terre et dans l’Espace car l’un d’entre eux est resté à bord de la « navette ». Ça reste quand même un peu trop puisqu’on a à peine le temps de s’habituer au point de vue d’une seule personne qu’on passe déjà à la suivante. Il y a également des retours dans le passé qui servent à mieux comprendre l’histoire.
Comme toujours, il y a le triangle amoureux (vu, encore et encore !) avec Clarke qui n’arrive pas à se décider entre Wells et Bellamy (heureusement qu’elle a fini par choisir, je déteste les livres dont les personnages ne savent pas faire de choix) mais il n’occupe pas la totalité du roman.
Un point que je me devais de noter dans cette chronique : la relecture a été mauvaise puisque plusieurs fois, Glass et Clarke ont été confondues (si l’auteur arrive à se perdre dans ses personnages, imaginez le lecteur ! J’ai relu les phrases au moins dix fois avant de comprendre).
A part ces points négatifs, ce roman a quand même été agréable car il y a de bonnes bases et lire le ressenti de personnes qui débarquent sur Terre pour la première fois m’a assez plu (lisez la citation en fin d’article : qui ne nous pense à tout ça lorsqu’il regarde un coucher de soleil ?)
« Tout le monde a le doigt levé vers le ciel qui offre un spectacle des plus grandioses. Une symphonie de couleur est en train de s’y jouer : des traînées orange viennent s’inviter dans le bleu royal. Tel un hautbois rejoignant une flûte, le solo devient duo. L’harmonie s’enrichit ensuite crescendo, des touches jaunes et roses ajoutent leurs voix au chœur multicolore. »

Le vide de nos coeurs

le-vide-de-nos-c-urs-605553-250-400

Auteur : Jasmine Warga
Date de sortie : 15 mai 2015
Synopsis : Aysel a pris sa décision : elle doit disparaître. Depuis que son père a provoqué l’accident fatal qui a marqué sa petite ville à jamais, la vie est devenue trop difficile à supporter.
Cependant, elle n’est pas sûre d’avoir le courage d’y arriver seule. C’est alors qu’elle découvre Smooth Passage, un site qui lui permettra de trouver un compagnon pour oser sauter le pas. Elle choisit FrozenRobot, alias Roman, lui aussi victime d’une tragédie familiale.
Aysel et Roman n’ont rien en commun, mais ils commencent à s’apprivoiser petit à petit. Lorsque la date fatidique approche, Aysel se pose des questions. Méritent-ils de s’infliger un tel sort quand l’amour semble pouvoir guérir les blessures les plus profondes ? Et comment convaincre Roman, dont le cœur est vide depuis trop longtemps ?
303 pages

Mon avis :

Le résumé en dit un peu trop sur l’histoire ce qui gâche quand même une grande partie de la fin, puisqu’on n’a pas la joie de découvrir nous-même qu’Aysel choisit de ne pas mourir.
Il y a dans tout le livre beaucoup de mystère autour de l’histoire du père d’Aysel et même si on veut savoir ce qu’il s’est passé (je voulais savoir ce qu’il s’était passé !), il faut attendre la fin du roman pour le découvrir.
Au début du livre, Aysel est totalement sûre de vouloir mourir mais, au fur et à mesure que l’histoire avance, elle doute de sa décision. Habituellement, je n’aime pas les gens qui ne savent pas ce qu’ils veulent, mais dans ce livre-là, dans ce sens-là, j’étais vraiment soulagée.
Pour elle, la dépression est « une grosse limace noire » à l’intérieur de son ventre, qui l’empêche d’être heureuse et pourtant, elle va refaire des choses qu’elle avait fait lorsqu’elle était petite, ce qui va lui redonner le goût de vivre. C’est grâce à ces activités (comme aller au zoo ou à la fête foraine, par exemple) qu’on comprend qu’elle va abandonner l’idée de se suicider et va essayer de ramener Roman de son côté.
Au départ, je ne savais pas si ce livre allait me plaire, mais j’ai été touchée par les personnages et leurs histoires. Je ne peux que le conseiller à tous.
« Je ferme les yeux et pose les mains à plat sur la vieille empreinte. Elles sont maintenant bien trop grandes pour tenir dedans, mais j’ai quand même le sentiment d’être plus à ma place ici que nulle part ailleurs. Renversant la tête en arrière, je rouvre lentement les yeux. Le ciel est couvert et figé, comme s’il retenait son souffle. Je retiens le mien aussi et attends que la boule dans ma gorge s’estompe. Mais en vain. »

Did I Mention I Need You ?

d.i.m.i.l.y,-tome-2---did-i-mention-i-need-you---746274.jpg

Auteur : Estelle Maskame
Date de sortie : 4 mai 2016
Synopsis : Cela fait un an qu’Eden n’a pas vu son demi-frère Tyler… son amour secret. Une histoire impossible. Chacun est passé à autre chose. Eden est heureuse avec Dean, son nouveau petit ami, et Tyler est parti à New York.
Mais quand il invite Eden à l’y rejoindre, ils ne pourront pas faire semblant éternellement.
Dans la chaleur étouffante de l’été new-yorkais, il devient vite évident qu’ils s’aiment encore…
343 pages

Mon avis :

Eden a attendu un an entier avec impatience de retrouver Tyler. Comme si le reste n’existait pas jusqu’au moment où elle va le revoir. J’ai trouvé ça un peu dommage qu’elle ne pense qu’à lui.
Le point positif, c’est que l’on a toujours l’impression de voyager dans ce deuxième tome, car l’auteur décrit parfaitement l’image de New York, avec beaucoup de détails.
Il était évident qu’Eden allait tromper Dean avec Tyler, seulement ils décident de lui avouer en espérant qu’il leur pardonnera, plutôt que de lui cacher et qu’il s’en rende compte tout seul (ce qui arrive souvent dans les livres).
Sauf que dans tous les romans, il y a malheureusement des personnages qui viennent s’opposer au bonheur du héros. Pour ne pas spoiler, je dirai seulement que j’étais sûre qu’il/elle interviendrai encore une fois, et pas positivement.
La fin m’a déçue (encore !) Avec la phrase qu’ils s’étaient dite « No te rindas », je pensais vraiment qu’elle serait différente.
« Au moment où j’aperçois ce qui s’étale sous mes yeux, j’oublie totalement la raison de notre présence ici. J’oublie les mains de Tyler sur mon corps. J’oublie qu’il s’apprête à me dire que c’est fini. Parce qu’à cette seconde, ce qui me frappe, c’est la vue. »

 

A comme Aujourd’hui

51Yxn35jiFL._SX279_BO1,204,203,200_.jpg

Auteur : David Levithan
Date de sortie : 12 septembre 2013
Synopsis : Chaque matin, A se réveille dans un corps différent, et ne dispose d’aucun moyen de savoir où, et « qui » sera son hôte. Une chose est sûre : il n’empruntera cette identité que le temps d’une journée. Aussi incroyable que cela paraisse, A a accepté cet état de fait, et a même établi plusieurs règles qui régissent sont existence singulière : ne pas s’attacher ; ne pas se faire remarquer ; ne jamais s’immiscer dans la vie de l’autre.
Des préceptes qui resteront siens jusqu’à ce qu’il se réveille dans le corps de Justin, 16 ans, et qu’il fasse la connaissance de Rhiannon, sa petite amie. Dès lors, plus question de subir sans intervenir. Car A vient enfin de croiser quelqu’un qu’il ne peut laisser derrière lui, ce jour-là, le suivant, jour après jour…
371 pages

Mon avis :

A se réveille chaque jour dans un corps différent et il n’y reste que 24h, mais lorsqu’il rencontre Rhiannon, il va tout faire pour la revoir.
Avant elle, il ne s’autorisait pas à s’immiscer dans la vie des gens mais depuis qu’il la connait, il va tout faire pour la retrouver, quitte à modifier la vie de ses hôtes.
Le comportement de Rhiannon envers A nous fait également comprendre que le physique compte quand même beaucoup dans leur relation. Lorsque A est dans le corps d’une fille, elle se montre distante.
On ne sait pas grand chose de A. Il n’est ni fille ni garçon, ce qui est assez déroutant puisqu’on ne peut pas se faire une idée de ce qu’il pourrait être. (Le fait qu’il n’ait pas de vraie enveloppe charnelle me fait un peu penser aux Âmes Vagabondes de Stephenie Meyer) Il a la malchance de ne pas pouvoir vivre une vie normale : il n’a pas de famille ni d’amis, il est seul.
L’avantage de ce livre, c’est qu’on voit le monde à travers les points de vue de pleins de personnages différents : filles, garçons, toxicomane, solitaire, populaire…
A déclare à un moment : « Je ne suis jamais tombé amoureux de quelqu’un parce qu’il s’agissait d’une fille ou d’un garçon. Je suis tombé amoureux d’individus en raison de ce qu’ils manifestaient d’unique. Je sais que la plupart des gens ne fonctionnent pas selon cette logique, et pourtant, elle me paraît la seule valable. » qui est une de mes phrases préférées de ce roman.

Damnés

9782747033664.jpg

Auteur : Lauren Kate
Date de sortie : 18 novembre 2010
Synopsis : Luce, 17 ans, entre à Sword & Cross, un lycée d’éducation surveillée où ses parents l’ont envoyée à la suite d’événements survenues l’été précédent : un garçon avec qui elle est sortie un soir est mort mystérieusement dans un incendie, dont elle est sortie indemne. Elle n’a aucun souvenir de cette soirée. De plus, Luce voit des ombres, des formes obscures et changeantes qui, depuis l’enfance, n’ont jamais cessé de la suivre malgré ses nombreux séjours en hôpital psychiatrique. Sword & Cross est un lieu austère et insolite où les téléphones portables sont interdits, et les moindres mouvements des élèves sont sous surveillance de caméras infrarouge. Cependant, Luce y fait très vite connaissance d’Arianne, étrange et fantasque, Penn, la fille du concierge décédé qui la prend sous son aile et devient une véritable amie, et Cam, charmeur et rassurant. Mais quand la jeune fille rencontre Daniel, un véritable choc se produit : elle est subjuguée. Celui-ci, bien qu’il soit aussi fasciné par elle, se montre hostile et cherche à l’éviter. Afin de l’oublier, Luce accepte une invitation de Cam. Et le mystère éclate !
537 pages

Mon avis :

Cette chronique ne sera pas très longue car je n’ai pas grand chose à dire sur ce livre.
Je n’ai emprunté ce roman à la bibliothèque seulement parce que la série n’avait pas l’air mal et que je voulais connaître un peu plus l’histoire avant de me mettre à la regarder.
Je trouve dommage qu’il y a encore un dilemme entre deux garçons : un garçon gentil et un autre inaccessible avec au milieu une fille qui ne sait pas lequel choisir. C’est déjà vu (et pas qu’une fois). Et bien sûr (j’allais oublier !) la peste.
Certains personnages que l’on croyait dignes de confiance ne le sont pas et je crois que c’est une des seules choses qui m’ont surprise dans ce roman.
J’ai eu l’impression que l’histoire n’avançait pas : il n’y a vraiment pas beaucoup d’action.
De tous les livres dont j’ai fait une chronique sur le blog, c’est celui-ci que j’ai le moins aimé.