Ma PAL de l’été #1

2017-07-04 11.24.46 1.jpg

 

Je reviens (ça faisait longtemps) pour vous présenter ma PAL de cet été. Elle n’est pas complète car je n’avais pas certains livres quand j’ai fait cette photo,  et je vais sûrement en acheter d’autres avant la fin de l’été, mais voici (une partie) des livres que je vais lire cet été.

 

Nous les menteurs d’E. Lockhart aux Editions Gallimard Jeunesse

Addict de Jeanne Ryan aux Editions Robert Laffont

Je suis le tonnerre d’ Annabel Pitcher aux Editions Albin Michel

13 reasons why de Jay Asher aux Editions Albin Michel (après avoir regardé la série que j’ai adorée)

Inséparables de Sarah Crossan aux Editions Rageot (je viens juste de le finir)

La face cachée de Margo de John Green aux Editions Scripto

The Fault in our Stars de John Green aux Editions Penguin (la version originale, ça va faire trois mois que je suis dessus, mais je n’ai pas avancé !)

J’ai quinze ans et je ne veux pas mourir de Christine Arnothy aux Editions Le Livre de Poche

Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part d’Anna Gavalda aux Editions J’ai Lu

Le plus bel endroit du monde est ici de Francesc Miralles et Care Santos aux Editions Pocket

 

Si vous avez des suggestions, n’hésitez pas à en laisser en commentaires ou à m’envoyer un message sur les réseaux sociaux !

Publicités

Book Haul 2 : Septembre 2016

DSCN3411modifie.jpg

Ce matin, j’ai eu le plaisir d’aller chercher à la Poste un colis qui était arrivé jeudi… Et bien évidemment que j’attendais avec impatience car il s’agit de ma commande chez Gibert Joesph !
J’avais donc commandé quatre livres, dont deux pour des lectures communes. Je ne vais pas vous donner toutes les informations sur ces livres, seulement leur résumé puisque vous pourrez retrouver leur chronique sur le blog une fois que je les aurai lus.  Vous pouvez néanmoins cliquer sur les liens que je mettrai en dessous pour pouvoir les acheter.

DSCN3420modifie.jpg

Votre âge. Votre adresse. Le visage de votre amant. Jusqu’au nom de votre premier enfant. Que feriez-vous si tous ces souvenirs commençaient à s’effacer ?
Pour lutter contre sa mémoire à la dérive, Claire note dans un carnet les souvenirs qui sont encore intacts. En quelques mois à peine, aller au bout de la rue est devenu une expédition, emmener sa fille au parc, un périple. A tel point que sa mère la traite comme une enfant, que son mari est désormais un étranger, et que les mots lui manquent pour dire à ses filles combien elle les aime et criant de les perdre pour toujours. Pourtant, Claire est bien décidée à vivre de toutes ses forces ces derniers jours avant l’oubli.

 

Amazon : ici
Fnac : ici
Gibert Joseph : ici

DSCN3423modifie.jpg

Tout semble réussir à Frédérique Solis, brillant avocat parisien et collectionneur amateur de toiles impressionnistes. Une coûteuse passion qui lui vaut quelques ennuis avec les huissiers. Alors, lorsqu’il se découvre héritier d’un mystérieux inconnu, il se dit que la chance a enfin tourné. A sa grande surprise, ce n’est pas de l’argent qui l’attend, mais un étrange jeu de piste qui le conduit sur les pas des peintres impressionnistes et d’un célèbre tableau de Monet.
Aidé par sa fidèle assistante Pétronille, Frédéric se pique d’une aventure qui pourrait bien bouleverser sa vie à jamais.

 

Amazon : ici
Fnac : ici
Gibert Joseph : ici

DSCN3428modifie.jpg

Mar-go-Roth-Spied-gel-man, le nom aux six syllabes qui fait fantasmer Quentin depuis toujours.
Alors forcément, quand elle s’introduit dans sa chambre, une nuit, par la fenêtre ouverte, pour l’entraîner dans une expédition vengeresse, il la suit. Mais au lendemain de leur folle nuit blanche, Margo ne se présente pas au lycée, elle a disparu.
Quentin saura-t-il décrypter les indices qu’elle lui a laissés pour la retrouver ? Plus il s’en approche, plus Margo semble lui échapper…

 

Amazon : ici
Fnac : ici
Gibert Joseph : ici

DSCN3430modifie.jpg

Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors.
Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois.
Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

 

Amazon : ici
Fnac : ici
Gibert Joseph : ici

Qui es-tu Alaska ?

51oQnCkIm-L._SX299_BO1,204,203,200_

Auteur : John Green
Date de sortie : 17 mars 2011
Synopsis : Miles Halter a seize ans mais n’a pas l’impression d’avoir vécu. Assoiffé d’expériences, il quitte le cocon familial pour le campus universitaire : ce sera le lieu de tous les possibles, de toutes les premières fois. Et de sa rencontre avec Alaska. La troublante, l’insaisissable Alaska Young, insoumise et fascinante. Amitiés fortes, amour, transgression, quête de sens : un roman qui fait rire, et qui fait fondre en larmes l’instant d’après…
 405 pages

Mon avis :

Ce livre a une particularité : les chapitres sont nommés d’une manière différente de d’habitude. « Cent trente-six jours avant’ puis ‘Deux jours après ».
Mais avant et après quoi ?
Que Miles sorte avec Alaska ? Qu’il se fasse renvoyer du campus ? Qu’il se passe quoi ?
C’est la question que je me suis posée jusqu’à ce que je découvre ce que c’était (et ça m’a beaucoup attristée).
Ce que j’aime dans la plume de John Green, c’est que ses phrases nous font réfléchir. Par exemple celle-ci, deux jours après : « Qu’existe-t-il d’instantané ? Rien. Le riz instantané prend cinq minutes, le gâteau instantané, une heure. Je doute qu’un instant de douleur aiguë soit ressenti de façon particulièrement instantanée. »
Certains diront que ce sont des phrases comme des autres, moi je dis qu’elles portent à réflexion.
Une autre chose que j’ai adoré : l’histoire ne finit pas à la fin du « avant » (logique me direz-vous, puisqu’il y a un « après »). Ce que je veux faire remarquer, c’est qu’en général ce genre d’action arrive vers la fin du récit et pas ici. Ce que je trouve bien mieux car on a une idée de ce qu’il se passe ensuite. Ce n’est pas la fin du roman (ce qui ne nous oblige pas à attendre un prochain tome).
Je trouve que la dernière phrase représente un tout de ce qu’il a vécut avec Alaska : « Alors je sais qu’elle me pardonne, comme je lui pardonne. Les dernières paroles d’Edison sont : ‘C’est très beau ici.’ J’ignore où ça se trouve, mais sûrement quelque part et j’espère que c’est beau. »
En tout cas, un superbe roman que je conseille à tous.

 

Ce livre fait lui aussi partie de mon Book Haul de Mars.

Book Haul 1 : Mars 2016

Hey ! Aujourd’hui on se retrouve pour une petite nouveauté sur mon blog. En effet, j’ai décidé de faire un book haul.Pour ceux qui ne connaissent toujours pas le principe, je vais en fait vous montrer mes derniers achats (des livres, bien sûr… !).
Donc voici mes acquisitions :
9782266265140
1540-2
Je suis allée voir ce film avec mon père et on a tous les deux voulu le lire, alors dès le lendemain de notre virée cinéma, il était commandé !

 

Pour les derniers livres, ce sont des cadeaux que j’ai reçu il y a un peu de temps mais que je n’avais pas encore lu car j’avais d’autres lectures, je les considère donc comme des nouvelles acquisitions.

1540-1

51oQnCkIm-L._SX299_BO1,204,203,200_

 

Si vous avez lu certains de ces livres, n’hésitez pas à me dire en commentaire ce que vous en avez pensé !

Le Théorème des Katherine

le-theoreme-des-katherine-557374-250-400

Auteur : John Green
Date de sortie : 2 janvier 2015
Synopsis : Dix-neuf fois Colin est tombé amoureux. Dix-neuf fois la fille s’appelait Katherine. Pas Katie, ni Kat, ni Kittie, ni Cathy et surtout pas Catherine, mais KATHERINE. Et dix-neuf fois, il s’est fait largué.
281 pages

Mon avis :

Dans ce livre, Colin, qui est sorti dix-neuf fois avec des filles qui s’appelaient Katherine, et qui à chaque fois s’est fait largué, est un surdoué dont une des activités favorites est de faire des anagrammes.
Il décide, après sa rupture avec Katherine XIX, comme il l’appelle, de partir en voiture avec son ami Hassan, sans destination précise.
Puis ils arrivent dans une petite ville appelée Gutshot où ils vont loger dans la maison d’une jeune fille de leur âge, Lindsey, qu’ils avaient rencontré un peu plus tôt, et de sa mère, Hollis.
Pendant tout le livre Colin cherche à finaliser un théorème qui lui permettrait de prédire ses futures relations grâce à ses précédentes.
Il y a beaucoup de calculs (légèrement) compliqués mais les notes en bas de page sont là pour nous aider.
Et les termes parfois employés sont au niveau des surdoués (logique, puisque Colin en est un), mais les explications permettent là aussi la compréhension.
Le livre se lit facilement, il n’est pas trop gros (peut-être pas pour tout le monde !) et il m’a plutôt plu.
John Green est un de ces auteurs dont j’ai envie de lire le plus de livres possibles, j’ai donc déjà prévu de faire des chroniques sur « Qui es-tu Alaska » et « La Face cachée de Margo ».