Ma PAL de septembre ! #1

Comme je vous en avais parlé sur Instagram (si vous ne me suivez pas encore, je vous invite à le faire en cliquant ici), je vous présente ma Pile A Lire du mois de septembre. Il y a pas mal de livres mais j’espère pouvoir tous les finir avant le mois prochain.
IMG_20160905_204925.jpg
Le ciel est partout, Jandy Nelson :
« Je suis censée pleurer la mort de ma sœur, pas tomber amoureuse… » Comment Lennie peut-elle continuer à vivre après une telle tragédie? A-t-elle encore le droit de plaire et de désirer? D’être heureuse, de rire ? Parfois, il faut tout perdre pour se trouver…
Volte-face, Michael Connely :
Incarcéré depuis vingt-quatre ans pour le meurtre d’une fillette et relâché à la suite d’un test ADN qui semble l’innocenter, Jason Jessup a obtenu la révision de son procès. A la demande du procureur du comté de Los Angeles, Mickey Haller, avocat de la défense, passe pour une fois dans le camp de l’accusation. A ses côtés, son ex-épouse, Maggie « la féroce », et son demi-frère, Harry Bosch. Le trio doit réunir les preuves et les témoignages susceptibles de confirmer la culpabilité de Jessup et de le renvoyer en prison pour longtemps.
Dragonfury 2, Coreene Callahan : [Pas de résumé pour ne pas spoiler le premier tome]
L’infiltré, John Grisham :
Fraîchement diplômé de Yale, Kyle McAvoy, jeune avocat, pensait emprunter l’autoroute du succès. C’était compter sans l’intervention d’une poignée de costumes noirs se réclamant du FBI. Dans leurs valises : une vidéo. La captation d’un viol collectif commis cinq ans auparavant, dont Kyle fut le témoin passif. Kyle n’a pas le choix, il faut collaborer et accepter ce poste dans le plus gros cabinet d’avocats du pays, communiquer certaines informations sur les clients…
Le couloir de la mort, John Grisham :
État du Mississippi, 1967. Les deux jeunes fils d’un avocat juif défenseur des droits civiques meurent, pulvérisés par une bombe portant la signature assassine du Ku Klux Klan… Été 1990, Sam Cayhall, l’un des meurtriers présumés, attend fébrilement le jour de son exécution. Cloîtré dans sa cellule étouffante du quartier de haute sécurité, l’homme a perdu le soutien de tous les siens. Tous, sauf son petit-fils Adam: un avocat d’assises fraîchement diplômé qui, malgré l’incompréhension et le dégoût profond que lui évoque ce grand-père qu’il connaît à peine, va tenter l’impossible afin de lui épargner le supplice de la chambre à gaz.
Les cavaliers de l’apocalypse, Larissa Ione :
Ares, destiné à devenir Guerre, craint peu de choses. Fin stratège et redoutable guerrier, il a participé à toutes les grandes batailles de l’Histoire et les émotions n’ont aucune prise sur lui. Pourtant une femme va tout changer. Cara Thornhart, humaine, entraînée dans un monde qu’elle ne comprend pas et auquel elle ne peut survivre, se retrouve porteuse de la marque qui fera d’Ares un démon à part entière. Consumé par le désir et privé de tous ses pouvoirs lorsqu’il est près d’elle, Ares devra pourtant trouver le moyen de sauver la jeune femme d’une mort certaine, ou accepter d’être le héraut d’Armageddon.
Le cinquième témoin, Michael Connely :
Abandonnée par son mari, Lisa Trammel ne peut plus payer ses mensualités d’emprunt immobilier, et la Westland National Bank menace de saisir sa maison. Lisa est si révoltée par l’épidémie de saisies liée à la crise des subprimes qu’elle manifeste souvent et violemment devant la banque. Son avocat, Mickey Haller, espère gagner du temps en faisant traîner la procédure. Mais le dossier se corse quand Mitchell Bondurant, un cadre dirigeant de la Westland, est retrouvé mort dans le parking de son agence. Lisa est accusée du meurtre. Au fur et à mesure qu’il monte un système de la défense bien hasardeux, Haller découvre un certain nombre d’éléments qui l’amènent à douter de sa cliente et de lui-même, et ce, jusqu’au verdit.
Alcatraz Smedry, Brandon Sanderson :
Alcatraz Smedry n’est pas aidé par la nature : son nom est ridicule, il est extrêmement maladroit et il est orphelin. Mais le jour de son treizième anniversaire, sa vie prend une tournure inattendue. Il reçoit un mystérieux sac de sable, découvre qu’il a un grand-père un peu dingue et qu’il doit partir avec lui pour sauver le monde des griffes des infâmes Bibliothécaires…
Publicités

Tout plutôt qu’être moi

Tout_plutot_qu_etre_moi

Auteur : Ned Vizzini
Date de sortie : 28 janvier 2016
Editions : La Belle Colère
Synopsis : Chez son psy, Craig Gilner apprend l’existence du syndrome d’Ondine : ceux qui en souffrent oublient de respirer. La dépression, Craig va en faire l’expérience, c’est ce qui arrive quand on oublie de vivre.
Craig est bien décidé à réussir. Il intègre l’une des plus prestigieuses prépas de New York. Mais très vite, il ne mange plus, ne dort plus, et pense sans arrêt à ses devoirs et à la jolie copine de son meilleur ami. Craig est pris dans une spirale d’anxiété, qui l’accule et le paralyse. Comment en est-il arrivé là ?
397 pages

Mon avis :

Tout plutôt qu’être moi est une lecture commune avec Anaïs du blog Planare. Nous avons lu ce livre en même temps, tout en racontant au fur et à mesure à l’autre ce qu’on pensait de l’histoire, qui au final nous a plu à toutes les deux !
Le début m’a parut plutôt lent, mais je n’étais pas encore assez rentrée dans le vif de l’histoire. C’est un livre qu’on peut lire d’une seule traite.
Craig a une façon bien à lui de voir le monde : il se repère grâce à des tentacules et des ancres. Les tentacules sont ce qui l’empêche d’être heureux, les ancres sont des choses stables dans sa vie. Anaïs l’explique un peu plus en détail dans son article.
Son langage, sa façon de penser nous ont paru un peu familier, mais on se met ainsi beaucoup plus facilement dans la peau du personnage.
Ce livre m’a beaucoup touchée (à vrai dire, je suis restée figée plusieurs minutes à réfléchir lorsque je l’ai refermé). Il nous donne de l’espoir, il nous montre que quand on croit avoir touché le fond, il reste toujours quelque chose pour nous faire remonter à la surface.
Mais je ne peux m’empêcher de croire que l’histoire se finit mal, puisque l’auteur de ce livre, Ned Vizzini, s’est jeté du haut d’un immeuble de Brooklyn en décembre 2013. Il avait 32 ans et se battait depuis des années contre la dépression.

 

L’avis d’Anaïs : « Ce livre donne de l’espoir et de l’amour, il m’a bouleversé à un point et s’inscrit dans mes coup de cœurs, pour sûr ! J’ai été transportée d’un bout à l’autre. L’auteur a su trouver les bons mots et a apporté une touche parfaitement dosée d’humour pour mettre un peu de son vécu dans l’histoire de Craig. »
La suite sur son blog.

 

« – Alors je vais rester ici jusqu’au vrai déclic ?
– Je ne vous suis pas.
– Je vais rester ici jusqu’à ce que je sois guéri ?
– On ne guérit pas de la vie, monsieur Gilner. » Le docteur se penche vers moi. « On la gère. »

Journal d’un vampire en pyjama

journal-dun-vampire-en-pyjama-mathias-malzieu.jpg

Auteur : Mathias Malzieu
Date de sortie : 27 janvier 2016
Editions : Albin Michel
Synopsis : Me faire sauver la vie est l’aventure la plus extraordinaire que j’ai jamais vécue.
226 pages

Mon avis :

Ce livre est une autobiographie de Mathias Malzieu qui raconte son « aventure »: après avoir découvert que sa moelle épinière était « défectueuse » (vous m’excuserez pour tous les guillemets), il doit aller faire une transfusion sanguine.
Je connaissais Mathias Malzieu par la musique et « Jack et la mécanique du cœur » mais je ne savais pas du tout à quoi ressemblaient ses écrits.
Dans ce livre, on suit donc la reconstitution (physique et morale) de l’auteur.
Il fait d’ailleurs beaucoup allusion au surnaturel dans son histoire puisqu’il se compare à un vampire (qui est obligé de « se nourrir » du sang des autres pour survivre) et il représente la Mort comme Dame Oclés).
Il ne se décourage pas face à la maladie, alors que ses chances de survivre ne sont que très faibles.
Ce livre m’a beaucoup plu, je vous encourage vraiment à le lire (pourquoi pas dans un siège-oeuf ?) 🙂
« Aujourd’hui j’assiste à ce prodige en direct : mon corps repousse ! Je me suis vu mourir, je me vois renaître. Bientôt, je deviendrai un autre moi. Libre de tout recommencer. Cette idée pulvérise la mélancolie. »

Tag 2 : Lecteur en vacances

tag-vacances.jpg
Aujourd’hui je fais le tag du lecteur en vacances de PKJ. Je pensais le faire plus tôt, mais comme je suis une lectrice en vacances… 😉
1) En vacances, lisez-vous seulement des livres traditionnels ou sur liseuse ? Généralement ce sont des livres traditionnels (ce qui alourdit énormément ma valise, mais ce n’est pas grave 😉 ), tout simplement parce que j’achète très peu de livres sur ma liseuse.
2) En vacances, lisez-vous plus ou moins qu’à votre habitude ? Beaucoup plus ! Il m’arrive de lire plusieurs livres par jour alors que lorsque je ne suis pas en vacances, je lis à peine plus d’un livre par semaine… (et oui, c’est peu)
3) Préparez-vous une pile à lire spéciale vacances ou vous laissez-vous guider par vos envies ? J’ai une pile à lire mais je ne sélectionne pas de livres spéciaux pour les vacances, je vois en fonction de mon humeur et de ce que j’ai envie de lire.
4) Avez-vous un genre préféré de lectures pour les vacances ? Comme je l’ai dit plus haut, je vois en fonction de ce que j’ai envie de lire. Ça peut être de la sf comme de la romance.
5) Achetez-vous plus ou moins de livres en vacances qu’à l’habitude ? Plus. Enfin, je crois. J’ai surtout plus de temps pour flâner dans les librairies ou sur internet 🙂
6) Réalisez-vous des défis livresques pendant vos vacances (le défi PKJ de juillet est disponible et celui d’août est en préparation) ? J’ai du modifier ma réponse puisque le défi d’août vient de sortir : je participe au défi PKJ d’août et je crois que j’en ferai plus souvent.
7) Quel est le genre de livre que vous avez le plus envie de lire pendant vos vacances ? A ce jour, je dirai Nos faces cachées de Amy Harmon.
8) Quels sont les 3 autres livres que vous aimeriez lire pendant vos vacances ? Dans le silence de ton coeur de Alice Ranucci, Le sel de nos larmes de Ruta Sepetys et Ta façon d’être au monde de Camille Anseaume.
9) Avez-vous l’intention de lire un Pocket Jeunesse pendant vos vacances ? J’ai déjà lu Did I Mention I Need You ? (ma chronique ici) et Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers (ici).
10) Avez-vous un bon souvenir de lecture en vacances ? Tous les moments où je lis en vacances sont des bons souvenirs !
11) Pouvez-vous conseiller 3 lectures idéales pour les vacances ? Nés à Minuit, les deux premiers tomes de la série DIMILY (là ce n’est pas conseillé, c’est obligatoire !) et du coup ça m’en fait trois 😉
12) Avec quel personnage de roman aimeriez-vous partir en vacances ? Miranda dans Nés à Minuit.
13) Quel lieu de roman (réel ou imaginaire) aimeriez-vous visiter ? Santa Monica (dans DIMILY), j’aimerais tellement visiter cet endroit !

Si vous aussi vous avez fait ce tag, n’hésitez pas à mettre un lien vers votre article dans les commentaires !

Concours !

13627960_955979274547369_1560874099_n

J’organise en ce moment un concours sur Instagram pour vous remercier d’être plus de 100 à me suivre !

Mais je me suis dit que ceux qui n’avaient pas Instagram devaient aussi pouvoir participer, je vous propose donc de remplir le formulaire ci-dessous pour essayer de gagner Love letters to the dead de Ava Dellaira. Les résultats du concours le dimanche 28 août. Bonne chance aux participants !

 

Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers

9782266253550.jpg

Auteur : Benjamin Alire Saenz
Date de sortie : 18 juin 2015
Editions : Pocket Jeunesse
Synopsis : Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n’ont a priori rien en commun. Portant, ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais…
C’est donc l’un avec l’autre, l’un pour l’autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l’univers.
368 pages

Mon avis :

Je ne savais pas à quoi m’attendre en commençant ce livre mais il avait été un coup de cœur pour tellement de personnes que j’avais énormément envie de le lire. Je ne connaissais pas le sujet (on le devine facilement au fur et à mesure de l’histoire) et je n’ai pas voulu lire de critiques avant, pour garder la surprise jusqu’au bout.
Le livre est très bien écrit et il se lit facilement : on a totalement l’impression d’être dans l’histoire du fait des dialogues souvent présents, sans que la description ne soit négligée.
Ari est un garçon solitaire et vit plutôt mal son adolescence et Dante est un garçon curieux qui a la joie de vivre, ils veulent tous les deux comprendre le monde qui les entoure.
« Mes parents se tenaient par la main. Je me demandais ce que ça faisait de tenir quelqu’un par la main. Je parie qu’on trouve tous les secrets de l’univers dans la main de quelqu’un. »
Je n’ai cependant pas découvert autant de secrets de l’univers que ce à quoi je m’attendais, ce qui m’a un peu déçue. La fin était un peu rapide par rapport à tout le reste du roman mais on le met vite de côté après une lecture comme celle-ci ! Je ne dirai pas que ce livre a été un coup de cœur, mais il n’en est pas loin.
« Il m’a serré sans dire un mot.
Un autre secret de l’univers : parfois, la douleur est comme une tempête venue de nulle part. La matinée la plus ensoleillée peut se conclure par un orage. Par des éclairs et du tonnerre. »

Mon aventure sur Wattpad #2

Panneau-blanc

 Il y a deux mois, j’ai posté un article sur Wattpad (que je vous invite à lire en cliquant ici).
Depuis, j’ai un peu plus d’expérience sur cette plate-forme qui nous propose d’écrire et partager gratuitement des récits, poèmes, fanfictions et articles en tout genre, en les rendant accessibles en ligne ou sur une application mobile avec la possibilité de lecture hors-connexion (je l’avoue, c’est bien la définition que donne Wikipedia… 😉 Pour des infos plus précises, je vous laisse chercher sur internet).
Ma liste de lecture est plutôt bien remplie (200 histoires environ le jour où je vous écrit cet article), et quand je ne passe pas mon temps dans les livres papiers (ou sur liseuse), je suis sur l’application. Il y a beaucoup d’histoires intéressantes, très bien écrites.
Un petit exemple d’histoires que je lis en ce moment :
La tête dans les étoiles de Kerozzen (le lien ici)
latetedanslesetoiles.jpg
Quelque chose qui se fait naturellement de almalirie (le lien ici)
qlqchosequisefaitnat.jpg
Snaker de zeineb17 (le lien ici)

snaker.jpg

Jamais sang-mêlé de lucie14150 (le lien ici)
jsm_wattpad.jpg
J’hésitais au début, mais j’ai finalement décidé de moi aussi partager mes écrits. Le premier (le seul posté pour le moment, en fait) raconte l’histoire d’une fille de 18 ans, Emma, qui part aux États-Unis en tant que jeune fille au pair (je ne peux pas faire de résumé plus long, ni plus court d’ailleurs 🙂 , sans dévoiler des parties de l’histoire qui ne sont pas encore postées.
N’hésitez pas à aller voir et me dire ce que vous en pensez, ça me ferait plaisir !
Pour me retrouver sur Wattpad : mon pseudo est leajct. Sinon, vous pouvez cliquer juste ici.

Les 100

1540-1.jpg

Auteur : Kass Morgan
Date de sortie : 22 janvier 2014
Synopsis : 2:48…2:47…2:46…
Ils sont 100, tous mineurs, tous accusés de crimes passibles de la peine de mort.
1:32…1:31…1:30…
Après des centaines d’années d’exil dans l’espace, le Conseil leur accorde une seconde chance qu’ils n’ont pas le droit de refuser : retourner sur Terre.
0:45…0:44…0:43…
Seulement, là-bas, l’atmosphère est toujours potentiellement radioactive et à peine débarqués les 100 risquent de mourir.
0:03…0:02…0:01…
Amours, haines, secrets enfouis et trahisons. Comment se racheter une conduite quand on n’a plus que quelques heures à vivre ?
364 pages

Mon avis :

La plupart des avis que j’ai lu étaient plutôt négatifs, mais une amie qui regarde la série m’avait conseillé de la découvrir aussi alors je me suis dit pourquoi pas ? J’ai commencé par le livre pour ne pas me faire spoiler par la série mais j’ai été assez déçue même s’il y a quelques points positifs. Le sujet est pas mal (probablement déjà vu, mais bon) seulement je n’ai pas réussi à vraiment me plonger dans le roman.
Au début, j’ai cru que je n’arriverai pas à suivre l’histoire s’il y avait beaucoup de personnages, mais il n’y en a que quatre (Clarke, Glass, Wells et Bellamy) et qui nous permettent de suivre à la fois ce qu’il se passe sur Terre et dans l’Espace car l’un d’entre eux est resté à bord de la « navette ». Ça reste quand même un peu trop puisqu’on a à peine le temps de s’habituer au point de vue d’une seule personne qu’on passe déjà à la suivante. Il y a également des retours dans le passé qui servent à mieux comprendre l’histoire.
Comme toujours, il y a le triangle amoureux (vu, encore et encore !) avec Clarke qui n’arrive pas à se décider entre Wells et Bellamy (heureusement qu’elle a fini par choisir, je déteste les livres dont les personnages ne savent pas faire de choix) mais il n’occupe pas la totalité du roman.
Un point que je me devais de noter dans cette chronique : la relecture a été mauvaise puisque plusieurs fois, Glass et Clarke ont été confondues (si l’auteur arrive à se perdre dans ses personnages, imaginez le lecteur ! J’ai relu les phrases au moins dix fois avant de comprendre).
A part ces points négatifs, ce roman a quand même été agréable car il y a de bonnes bases et lire le ressenti de personnes qui débarquent sur Terre pour la première fois m’a assez plu (lisez la citation en fin d’article : qui ne nous pense à tout ça lorsqu’il regarde un coucher de soleil ?)
« Tout le monde a le doigt levé vers le ciel qui offre un spectacle des plus grandioses. Une symphonie de couleur est en train de s’y jouer : des traînées orange viennent s’inviter dans le bleu royal. Tel un hautbois rejoignant une flûte, le solo devient duo. L’harmonie s’enrichit ensuite crescendo, des touches jaunes et roses ajoutent leurs voix au chœur multicolore. »

Le vide de nos coeurs

le-vide-de-nos-c-urs-605553-250-400

Auteur : Jasmine Warga
Date de sortie : 15 mai 2015
Synopsis : Aysel a pris sa décision : elle doit disparaître. Depuis que son père a provoqué l’accident fatal qui a marqué sa petite ville à jamais, la vie est devenue trop difficile à supporter.
Cependant, elle n’est pas sûre d’avoir le courage d’y arriver seule. C’est alors qu’elle découvre Smooth Passage, un site qui lui permettra de trouver un compagnon pour oser sauter le pas. Elle choisit FrozenRobot, alias Roman, lui aussi victime d’une tragédie familiale.
Aysel et Roman n’ont rien en commun, mais ils commencent à s’apprivoiser petit à petit. Lorsque la date fatidique approche, Aysel se pose des questions. Méritent-ils de s’infliger un tel sort quand l’amour semble pouvoir guérir les blessures les plus profondes ? Et comment convaincre Roman, dont le cœur est vide depuis trop longtemps ?
303 pages

Mon avis :

Le résumé en dit un peu trop sur l’histoire ce qui gâche quand même une grande partie de la fin, puisqu’on n’a pas la joie de découvrir nous-même qu’Aysel choisit de ne pas mourir.
Il y a dans tout le livre beaucoup de mystère autour de l’histoire du père d’Aysel et même si on veut savoir ce qu’il s’est passé (je voulais savoir ce qu’il s’était passé !), il faut attendre la fin du roman pour le découvrir.
Au début du livre, Aysel est totalement sûre de vouloir mourir mais, au fur et à mesure que l’histoire avance, elle doute de sa décision. Habituellement, je n’aime pas les gens qui ne savent pas ce qu’ils veulent, mais dans ce livre-là, dans ce sens-là, j’étais vraiment soulagée.
Pour elle, la dépression est « une grosse limace noire » à l’intérieur de son ventre, qui l’empêche d’être heureuse et pourtant, elle va refaire des choses qu’elle avait fait lorsqu’elle était petite, ce qui va lui redonner le goût de vivre. C’est grâce à ces activités (comme aller au zoo ou à la fête foraine, par exemple) qu’on comprend qu’elle va abandonner l’idée de se suicider et va essayer de ramener Roman de son côté.
Au départ, je ne savais pas si ce livre allait me plaire, mais j’ai été touchée par les personnages et leurs histoires. Je ne peux que le conseiller à tous.
« Je ferme les yeux et pose les mains à plat sur la vieille empreinte. Elles sont maintenant bien trop grandes pour tenir dedans, mais j’ai quand même le sentiment d’être plus à ma place ici que nulle part ailleurs. Renversant la tête en arrière, je rouvre lentement les yeux. Le ciel est couvert et figé, comme s’il retenait son souffle. Je retiens le mien aussi et attends que la boule dans ma gorge s’estompe. Mais en vain. »