Mes comptes Instagram favoris (français) ! #1

f

Tout le monde connaît le réseau social Instagram qui regroupe des personnes partageant les mêmes passions, envies, loisirs…  En créant un compte sur cette plateforme pour le blog, je pensais avoir quelques abonnés par ci, par là, qui connaissaient déjà mon blog et qui voulaient en savoir un peu plus sur mes lectures. Et j’ai été agréablement surprise puisque j’ai plus de deux trois cents abonnés au compteur !

J’ai déjà organisé un concours ainsi qu’une FAQ (qui devrait sortir dans les prochains jours) pour vous remercier, et en attendant d’arriver à trois cents petits bonhommes, je voulais vous faire découvrir de nouveaux comptes (français).

@megs_reading fait des photos magnifiques, toutes simples et très épurée que j’aime beaucoup !

QuickMemo+_2016-10-31-09-39-47.png

@clara_lectrice nous présente quant à elle des photos et un « feed » dans les tons chauds (j’ai eu un coup de cœur pour ses jolies chaussettes hautes 🙂 ) !

QuickMemo+_2016-10-31-09-54-36.png

@lecturesbyjuliette a non seulement un talent inné pour faire de superbes photos, mais c’est aussi une très belle rencontre Instagram – j’ai à chaque fois un grand plaisir à discuter avec elle !

QuickMemo+_2016-10-31-09-40-08.png

@debbie_fan réalise des photos toutes jolies et colorées, Déborah est en elle-même une personne très sympathique 🙂

QuickMemo+_2016-10-31-09-40-56.png

@eirielle_chanael est l’auteur des livres Eirielle : un monde nouveau et Chanaël : les cendres d’un idéal. Elle nous entraîne à travers ses photos dans un joli petit monde rempli de fleurs (et de cheveux multicolores) !

QuickMemo+_2016-10-31-09-42-10.png

@therainbowbooks , comme elle le dit elle-même dans sa « présentation », nous fait ressentir « un arc-en-ciel d’émotions » : ses photos sont super colorées et j’ai toujours beaucoup de plaisir à passer sur son compte.

QuickMemo+_2016-10-31-09-31-21.png

@bibliopochiyo aah… comment parler de mes comptes Instagram favoris sans la mentionner ? J’adore ses photos qui sont magnifiques tout en étant très simples ! Sa story vaut également le détour, elle me fait toujours extrêmement rire 🙂

QuickMemo+_2016-10-31-09-45-57.png

Je termine avec le compte de @croketbook qui fait des photos dans des endroits différents ce qui rend son feed très hétérogène et coloré.

QuickMemo+_2016-10-31-09-52-22.png

Fangirl

DSCN3405.JPG

Auteur : Rainbow Rowell
Date de sortie : 13 février 2014
Editions : Castelmore
Synopsis : Cath ne vit que pour et par l’écriture. Elle est une fan inconditionnelle de la série de romans à succès Simon Snow…au point de rédiger elle-même les aventures de son héros préféré, en attendant la parution du dernier tome ! Elle vit dans une bulle qu’elle partage avec Wren, sa soeur jumelle, loin de toute vie sociale.
Pourtant, c’est désormais en solo qu’elle devra affronter le monde extérieur. Wren vient de lui annoncer l’impensable : cette année, à la fac, elles feront chambre à part. Cath saura-t-elle s’ouvrir aux autres et profiter de sa vie étudiante ?
Et l’amour dans tout ça ?
508 pages

Mon avis :

Ce livre ayant été écrit par la même auteure qu’Eleanor&Park (qui a totalement séduit les lecteurs), je m’attendais à quelque chose de génial.
Même si je me suis clairement identifiée à Cath (le même goût de la lecture, de l’écriture, un peu le même caractère…), je n’ai pas vraiment réussi à entrer dans l’histoire, car le livre est gros et long (vous me direz, si on a envie de le lire on y arrive mais je n’avais pas non plus beaucoup de temps pour lire).
Cath est une jeune fille timide, même si elle a un caractère assez bien trempé. Elle a une relation complexe avec Wren, sa sœur jumelle, qui est plus du genre à sortir avec des gens, alors que Cath préfère écrire, seule dans sa bulle. Wren a totalement délaissé Cath lorsqu’elles sont entrées à la fac et ça a été une épreuve à surmonter pour celle-ci.
« Elle le regarda partir, ses cheveux bruns et ses paumes bleuies luisant sous la lune.
Maintenant, elle était seule ; seule avec une centaine d’arbres qu’elle n’aurait jamais remarqués en plein jour.
Les lumières de la bibliothèque s’éteignirent, et l’ombre de l’étudiante se fondit dans les ténèbres ambiantes. »
L’histoire m’a déçue, elle était moins bien que ce à quoi je m’attendais, mais une chose m’a vraiment « marquée » : j’ai compris l’importance que Carry On avait pour Cath. Comme elle le dit elle-même : au moment où le dernier livre de la série Simon Snow sort, tout est fini.
Je n’ai jamais écrit de fanfic mais je crois que c’est ça qui est compliqué : savoir qu’on ne détient pas le pouvoir de choisir comment l’histoire va se terminer.
En tout cas, ce livre m’a donné envie de lire plus de fanfictions alors depuis, je passe beaucoup plus de temps sur Wattpad 😉
« Nick était doué.
Cath aimait être assise à côté de lui et contempler la beauté des phrases qui naissaient de son stylo, rire aux vannes qui fleurissaient devant elle.
Les mots s’enchaînaient naturellement ; et c’était beau. »

Book Haul 2 : Septembre 2016

DSCN3411modifie.jpg

Ce matin, j’ai eu le plaisir d’aller chercher à la Poste un colis qui était arrivé jeudi… Et bien évidemment que j’attendais avec impatience car il s’agit de ma commande chez Gibert Joesph !
J’avais donc commandé quatre livres, dont deux pour des lectures communes. Je ne vais pas vous donner toutes les informations sur ces livres, seulement leur résumé puisque vous pourrez retrouver leur chronique sur le blog une fois que je les aurai lus.  Vous pouvez néanmoins cliquer sur les liens que je mettrai en dessous pour pouvoir les acheter.

DSCN3420modifie.jpg

Votre âge. Votre adresse. Le visage de votre amant. Jusqu’au nom de votre premier enfant. Que feriez-vous si tous ces souvenirs commençaient à s’effacer ?
Pour lutter contre sa mémoire à la dérive, Claire note dans un carnet les souvenirs qui sont encore intacts. En quelques mois à peine, aller au bout de la rue est devenu une expédition, emmener sa fille au parc, un périple. A tel point que sa mère la traite comme une enfant, que son mari est désormais un étranger, et que les mots lui manquent pour dire à ses filles combien elle les aime et criant de les perdre pour toujours. Pourtant, Claire est bien décidée à vivre de toutes ses forces ces derniers jours avant l’oubli.

 

Amazon : ici
Fnac : ici
Gibert Joseph : ici

DSCN3423modifie.jpg

Tout semble réussir à Frédérique Solis, brillant avocat parisien et collectionneur amateur de toiles impressionnistes. Une coûteuse passion qui lui vaut quelques ennuis avec les huissiers. Alors, lorsqu’il se découvre héritier d’un mystérieux inconnu, il se dit que la chance a enfin tourné. A sa grande surprise, ce n’est pas de l’argent qui l’attend, mais un étrange jeu de piste qui le conduit sur les pas des peintres impressionnistes et d’un célèbre tableau de Monet.
Aidé par sa fidèle assistante Pétronille, Frédéric se pique d’une aventure qui pourrait bien bouleverser sa vie à jamais.

 

Amazon : ici
Fnac : ici
Gibert Joseph : ici

DSCN3428modifie.jpg

Mar-go-Roth-Spied-gel-man, le nom aux six syllabes qui fait fantasmer Quentin depuis toujours.
Alors forcément, quand elle s’introduit dans sa chambre, une nuit, par la fenêtre ouverte, pour l’entraîner dans une expédition vengeresse, il la suit. Mais au lendemain de leur folle nuit blanche, Margo ne se présente pas au lycée, elle a disparu.
Quentin saura-t-il décrypter les indices qu’elle lui a laissés pour la retrouver ? Plus il s’en approche, plus Margo semble lui échapper…

 

Amazon : ici
Fnac : ici
Gibert Joseph : ici

DSCN3430modifie.jpg

Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors.
Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois.
Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

 

Amazon : ici
Fnac : ici
Gibert Joseph : ici

Ma PAL de septembre ! #1

Comme je vous en avais parlé sur Instagram (si vous ne me suivez pas encore, je vous invite à le faire en cliquant ici), je vous présente ma Pile A Lire du mois de septembre. Il y a pas mal de livres mais j’espère pouvoir tous les finir avant le mois prochain.
IMG_20160905_204925.jpg
Le ciel est partout, Jandy Nelson :
« Je suis censée pleurer la mort de ma sœur, pas tomber amoureuse… » Comment Lennie peut-elle continuer à vivre après une telle tragédie? A-t-elle encore le droit de plaire et de désirer? D’être heureuse, de rire ? Parfois, il faut tout perdre pour se trouver…
Volte-face, Michael Connely :
Incarcéré depuis vingt-quatre ans pour le meurtre d’une fillette et relâché à la suite d’un test ADN qui semble l’innocenter, Jason Jessup a obtenu la révision de son procès. A la demande du procureur du comté de Los Angeles, Mickey Haller, avocat de la défense, passe pour une fois dans le camp de l’accusation. A ses côtés, son ex-épouse, Maggie « la féroce », et son demi-frère, Harry Bosch. Le trio doit réunir les preuves et les témoignages susceptibles de confirmer la culpabilité de Jessup et de le renvoyer en prison pour longtemps.
Dragonfury 2, Coreene Callahan : [Pas de résumé pour ne pas spoiler le premier tome]
L’infiltré, John Grisham :
Fraîchement diplômé de Yale, Kyle McAvoy, jeune avocat, pensait emprunter l’autoroute du succès. C’était compter sans l’intervention d’une poignée de costumes noirs se réclamant du FBI. Dans leurs valises : une vidéo. La captation d’un viol collectif commis cinq ans auparavant, dont Kyle fut le témoin passif. Kyle n’a pas le choix, il faut collaborer et accepter ce poste dans le plus gros cabinet d’avocats du pays, communiquer certaines informations sur les clients…
Le couloir de la mort, John Grisham :
État du Mississippi, 1967. Les deux jeunes fils d’un avocat juif défenseur des droits civiques meurent, pulvérisés par une bombe portant la signature assassine du Ku Klux Klan… Été 1990, Sam Cayhall, l’un des meurtriers présumés, attend fébrilement le jour de son exécution. Cloîtré dans sa cellule étouffante du quartier de haute sécurité, l’homme a perdu le soutien de tous les siens. Tous, sauf son petit-fils Adam: un avocat d’assises fraîchement diplômé qui, malgré l’incompréhension et le dégoût profond que lui évoque ce grand-père qu’il connaît à peine, va tenter l’impossible afin de lui épargner le supplice de la chambre à gaz.
Les cavaliers de l’apocalypse, Larissa Ione :
Ares, destiné à devenir Guerre, craint peu de choses. Fin stratège et redoutable guerrier, il a participé à toutes les grandes batailles de l’Histoire et les émotions n’ont aucune prise sur lui. Pourtant une femme va tout changer. Cara Thornhart, humaine, entraînée dans un monde qu’elle ne comprend pas et auquel elle ne peut survivre, se retrouve porteuse de la marque qui fera d’Ares un démon à part entière. Consumé par le désir et privé de tous ses pouvoirs lorsqu’il est près d’elle, Ares devra pourtant trouver le moyen de sauver la jeune femme d’une mort certaine, ou accepter d’être le héraut d’Armageddon.
Le cinquième témoin, Michael Connely :
Abandonnée par son mari, Lisa Trammel ne peut plus payer ses mensualités d’emprunt immobilier, et la Westland National Bank menace de saisir sa maison. Lisa est si révoltée par l’épidémie de saisies liée à la crise des subprimes qu’elle manifeste souvent et violemment devant la banque. Son avocat, Mickey Haller, espère gagner du temps en faisant traîner la procédure. Mais le dossier se corse quand Mitchell Bondurant, un cadre dirigeant de la Westland, est retrouvé mort dans le parking de son agence. Lisa est accusée du meurtre. Au fur et à mesure qu’il monte un système de la défense bien hasardeux, Haller découvre un certain nombre d’éléments qui l’amènent à douter de sa cliente et de lui-même, et ce, jusqu’au verdit.
Alcatraz Smedry, Brandon Sanderson :
Alcatraz Smedry n’est pas aidé par la nature : son nom est ridicule, il est extrêmement maladroit et il est orphelin. Mais le jour de son treizième anniversaire, sa vie prend une tournure inattendue. Il reçoit un mystérieux sac de sable, découvre qu’il a un grand-père un peu dingue et qu’il doit partir avec lui pour sauver le monde des griffes des infâmes Bibliothécaires…

Tout plutôt qu’être moi

Tout_plutot_qu_etre_moi

Auteur : Ned Vizzini
Date de sortie : 28 janvier 2016
Editions : La Belle Colère
Synopsis : Chez son psy, Craig Gilner apprend l’existence du syndrome d’Ondine : ceux qui en souffrent oublient de respirer. La dépression, Craig va en faire l’expérience, c’est ce qui arrive quand on oublie de vivre.
Craig est bien décidé à réussir. Il intègre l’une des plus prestigieuses prépas de New York. Mais très vite, il ne mange plus, ne dort plus, et pense sans arrêt à ses devoirs et à la jolie copine de son meilleur ami. Craig est pris dans une spirale d’anxiété, qui l’accule et le paralyse. Comment en est-il arrivé là ?
397 pages

Mon avis :

Tout plutôt qu’être moi est une lecture commune avec Anaïs du blog Planare. Nous avons lu ce livre en même temps, tout en racontant au fur et à mesure à l’autre ce qu’on pensait de l’histoire, qui au final nous a plu à toutes les deux !
Le début m’a parut plutôt lent, mais je n’étais pas encore assez rentrée dans le vif de l’histoire. C’est un livre qu’on peut lire d’une seule traite.
Craig a une façon bien à lui de voir le monde : il se repère grâce à des tentacules et des ancres. Les tentacules sont ce qui l’empêche d’être heureux, les ancres sont des choses stables dans sa vie. Anaïs l’explique un peu plus en détail dans son article.
Son langage, sa façon de penser nous ont paru un peu familier, mais on se met ainsi beaucoup plus facilement dans la peau du personnage.
Ce livre m’a beaucoup touchée (à vrai dire, je suis restée figée plusieurs minutes à réfléchir lorsque je l’ai refermé). Il nous donne de l’espoir, il nous montre que quand on croit avoir touché le fond, il reste toujours quelque chose pour nous faire remonter à la surface.
Mais je ne peux m’empêcher de croire que l’histoire se finit mal, puisque l’auteur de ce livre, Ned Vizzini, s’est jeté du haut d’un immeuble de Brooklyn en décembre 2013. Il avait 32 ans et se battait depuis des années contre la dépression.

 

L’avis d’Anaïs : « Ce livre donne de l’espoir et de l’amour, il m’a bouleversé à un point et s’inscrit dans mes coup de cœurs, pour sûr ! J’ai été transportée d’un bout à l’autre. L’auteur a su trouver les bons mots et a apporté une touche parfaitement dosée d’humour pour mettre un peu de son vécu dans l’histoire de Craig. »
La suite sur son blog.

 

« – Alors je vais rester ici jusqu’au vrai déclic ?
– Je ne vous suis pas.
– Je vais rester ici jusqu’à ce que je sois guéri ?
– On ne guérit pas de la vie, monsieur Gilner. » Le docteur se penche vers moi. « On la gère. »

Journal d’un vampire en pyjama

journal-dun-vampire-en-pyjama-mathias-malzieu.jpg

Auteur : Mathias Malzieu
Date de sortie : 27 janvier 2016
Editions : Albin Michel
Synopsis : Me faire sauver la vie est l’aventure la plus extraordinaire que j’ai jamais vécue.
226 pages

Mon avis :

Ce livre est une autobiographie de Mathias Malzieu qui raconte son « aventure »: après avoir découvert que sa moelle épinière était « défectueuse » (vous m’excuserez pour tous les guillemets), il doit aller faire une transfusion sanguine.
Je connaissais Mathias Malzieu par la musique et « Jack et la mécanique du cœur » mais je ne savais pas du tout à quoi ressemblaient ses écrits.
Dans ce livre, on suit donc la reconstitution (physique et morale) de l’auteur.
Il fait d’ailleurs beaucoup allusion au surnaturel dans son histoire puisqu’il se compare à un vampire (qui est obligé de « se nourrir » du sang des autres pour survivre) et il représente la Mort comme Dame Oclés).
Il ne se décourage pas face à la maladie, alors que ses chances de survivre ne sont que très faibles.
Ce livre m’a beaucoup plu, je vous encourage vraiment à le lire (pourquoi pas dans un siège-oeuf ?) 🙂
« Aujourd’hui j’assiste à ce prodige en direct : mon corps repousse ! Je me suis vu mourir, je me vois renaître. Bientôt, je deviendrai un autre moi. Libre de tout recommencer. Cette idée pulvérise la mélancolie. »